Actu d'Ici

Toute l'actualité du web ici
Emmanuel Macron décrète le couvre-feu pour 4 semaines au moins

Lors de son allocution télévisée, le président de la république Emmanuel Macron a confirmé la mise en place d’un couvre-feu à partir de 21 heures et jusqu’à 6 heures du matin dans les zones urbaines où la progression du Coronavirus est la plus importante.

Couvre-feu à partir de 21 heures pour 20 millions de français !

Le président Macron, lors d’une intervention de 45 minutes à la télévision ce soir, a annoncé une mesure de couvre-feu de quatre semaines à 6 semaines , entre 21 heures et 6 heures, en Ile-de-France et dans les grandes métropoles de Lille, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse, Lyon, Grenoble, Aix-Marseille et Montpellier.
Cette mesure restrictive de déplacement prendre effet dans la nuit de vendredi à samedi.

« Nous en avons jusqu’à l’été 2021 au moins avec ce virus. »

Emmanuel Macron

Le président a dressé ce soir un bilan préoccupant, voir alarmant de la situation sanitaire en France face à la propagation de l’épidémie du Coronavirus. Après avoir cité quelques chiffres sur le nombre de malades hospitalisés à cause de la Covid-19, placés en réanimation et du nombre de décès en France, le président a annoncé les nouvelles mesures prises par le gouvernement afin de limiter au minimum cette propagation galopante.

Le président à demander, de façon énergique et répétée, du bon sens collectif et une prise en compte plus efficace des gestes barrières pour et par chacun en France. Il a demandé aux français une plus grande vigilance personnelle, rappelant que « le virus est partout en France » et “qu’il touche tout le monde “. Mais conscient des difficultés pour certains, la mise en place d’un couvre-feu à été confirmé pour certaines villes de France.

Les métropoles concernées sont : Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne soit près de 20 millions de personnes concernées !

La période évoquée est d’au moins 4 semaines, sans doute 6, soit jusqu’au 1er décembre 2020.

Concrètement, à partir de samedi matin, le couvre-feu entre en vigueur et restreint les déplacements des particuliers entre 21 heures et 6 heures du matin. Durant ce créneau horaire, les populations des zones concernées ne sont pas autorisées à se déplacer ni à se retrouver en extérieur. Les peines prévues pour tous les contrevenants sont des amendes de 135 € avec un système de majoration en cas de récidive.
Des dérogations seront mises en place dans les jours à venir pour les personnes pouvant justifier d’une obligation de déplacement pendant les heures de couvre-feu.

Le but, très clairement énoncé par un président déterminé et pédagogue, est de réduire les contacts sociaux festifs en soirée.
La problématique de la très forte propagation du virus dans les milieux étudiants ou au près de la jeunesse dans les zones visées trouve ici une forme de réponse, certes restrictive, mais justifiée par l’impérieuse nécessité de restreindre très fortement ces échanges.

Ne pas remettre en tension les hôpitaux

Le président a aussi évoqué bien sûr la crainte de revoir le secteur hospitalier débordé par l’afflux de nouveaux malades graves. Rendant hommage aux professionnels de la Santé, il a aussi rappelé que cette deuxième vague était généralisée sur le territoire, rendant impossible le transfert de malades vers des zones moins impactées. Il n’y a « pas de lits en réserve », il faut donc absolument agir en amont, afin de conserver des chiffres de propagation plus proche des 3 à 5000 nouveaux cas pas jours et non les 20 000 quotidien en moyenne actuellement.

Un nouveau confinement jugé disproportionné

Emmanuel Macron a exclu un nouveau confinement général. Cette mesure est jugée comme disproportionnée par le président de la République, mettant à mal l’ensemble de l’économie du pays, déjà trop fragilisée par le printemps passé.
Ainsi, la mesure de couvre-feu nocturne maintien l’activité professionnelle majoritaire en France, mais aussi les services publics, les transports, les écoles et les universités, les crèches et centres d’accueil.

Recours au télétravail, oui mais…

Le président s’est aussi exprimé sur le télétravail. Là où l’on attendait qu’il préconise un recours au travail à distance le plus massif possible, Emmanuel Macron a largement tempéré cet appel. Il a en effet prôné une utilisation modérée de ce format, préférant une cohésion d’entreprise tout en respectant de façon encore plus importante les règles sanitaires et les gestes barrières en milieu professionnel.
Il répond ici aux inquiétudes des entreprises qui craignaient de voir à nouveau le modèle du télétravail s’imposer, avec les problèmes d’organisation que cela engendre dans certains groupes et domaines d’activités.
Pour autant, Emmanuel Macron a tout de même incité ce qui le peuvent à organiser une partie de leur vie professionnel en télétravail afin d’éviter les contacts au travail mais surtout lors des transports pour se rendre sur le lieu de travail.
Il préconise aussi des accords concertés en fonction des entreprises et des branches, afin que des solutions adaptées à tous puissent être trouvées, aussi bien dans le privé que dans la fonction publique et les services de l’état.

Déplacement et vacances de la Toussaint

Le président était aussi très attendu par les familles et les professionnels du tourisme sur les vacances de la Toussaint qui commencent à la fin de la semaine. Traditionnellement, ces vacances sont marquées par des déplacements familiaux, essentiellement pour les plus jeunes rejoignant des parents ou grand parents.
Aucune restriction ne sera mise en place par le gouvernement pour contraindre ou limiter ces déplacements pendant les vacances, et même plus généralement, pendant toute la période à venir.
Ainsi la circulation des vacanciers pourra se faire naturellement pendant ces vacances à venir, tout en respectant les restrictions liées au couvre-feu dans les métropoles concernées.

Des mesures d’accompagnement complémentaires

Bien sûr, la mise en place du couvre-feu à Paris et dans 8 métropoles en France va avoir des répercussions fortes sur des secteurs professionnels déjà très impactés comme la restauration, les métiers de la culture, les salles de spectacles, les métiers du sport, les organisateurs d’évènements… De nouvelles mesures d’accompagnement comme le chômage partiel à 100% ou des aides exceptionnelles pour les plus démunis ( RSA, étudiants, allocations logement…) sont mise en place pour aider le plus possible ces secteurs affectés par le couvre-feu.

Stratégie de test et Tous anti-Covid

Le président a évoqué, en parallèle a ce couvre-feu, la nouvelle stratégie des tests, permettant des délais raccourcis et un meilleur traitement/isolement des cas positifs.
Une nouvelle application sera disponible dans quelques jours, actant la fin et l’échec de Stop Covid .