Actu d'Ici

Toute l'actualité du web ici
Déclaration de revenus, les nouveautés de l’avis d’imposition

Depuis le 7 avril, il est possible de remplir sa déclaration de revenus 2021, en ligne ou par courrier. Elle comporte, cette année, un certain nombre de nouveautés concernant les dons et successions, le télétravail, les différents crédits d’impôts etc. qui peuvent réduire de façon importante la somme due.
Découvrez les principales nouveautés mises en place par le gouvernement.

Les dons aux associations

Cet avantage fiscal, appelés “dons Coluche” concerne les dons faits aux associations venant en aide aux plus démunis, économiquement ou socialement. Les dons faits à ces associations permettent une réduction d’impôts égale à 75% du montant du don, dans la limite de 1000 € par foyer fiscal ( 66 % au delà de ce plafond) .
Le gouvernement a donc choisi de maintenir ce niveau de remise comme l’an passé, afin de favoriser l’orientation de ces dons vers les associations œuvrant au près des personnes les plus impactées par la crise sanitaire.

Défiscalisation des abonnements de presse

Nouveauté de cette déclaration de revenus, les abonnements à un titre de presse donnent droit à un crédit d’impôts. Cela concerne tout autant la presse papier que les abonnements digitaux, mais exclusivement dans le cadre d’un premier abonnement ( pas de reconduction) pour au moins 12 mois. La réduction fiscale sera alors équivalente à 30 % du montant de l’abonnement annuel.

Le forfait mobilités durables

Le forfait mobilités durables concerne les salariés qui rejoignent leur lieu de travail via un mode de transport non polluant. Il s’agit donc d’une somme versée par l’employeur a ses salariés utilisant les vélos ( VAE ou pas) ou trottinettes électriques pour rejoindre quotidiennement leur emploi, tout comme ceux qui réalise du covoiturage régulier. Le plafond de ce forfait passe de 400 à 500 € voir 600 € ( si cumul avec le remboursement d’un abonnement à un service de transport en commun ou de location de vélo en libre service)

Nouveau barème kilométrique

Face à la flambée des prix du carburant, le gouvernement a choisi d’aider les personnes qui utilisent leur véhicule de façon quotidienne pour des raisons professionnelles ( dans le cadre de leur emploi ou pour rejoindre ce lieu de travail) et qui ne peuvent faire appel à des mobilités durables. Ainsi les barèmes kilométriques ont été revus à la hausse, avec une revalorisation de 10 %. Cela concerne donc toutes les personnes qui font une déclaration en frais réels, c’est à dire plus de 4 millions de foyers fiscaux selon les sources gouvernementales.

L’aide à l’installation de bornes de charges pour véhicules électriques

Nouvelle réduction fiscale proposée en 2022, celle concernant la pose de dispositif de charge pour les véhicules électriques. Dans l’optique de passer à plus de véhicules propres, la question des dispositifs de charge, privés ou publiques, est un réel sujet de préoccupation. Ainsi, que cela soit à son domicile principal ou résidence secondaire, la pose d’un système de charge permettra un crédit d’impôt de 75 % du montant des dépenses, plafonné à 300 € par pose. Cela concerne tous les propriétaires mais aussi les locataires souhaitant faire cette démarche privée.

Allocation télétravail

La crise sanitaire à révolutionner le monde du travail avec un recours massif au télétravail. En 2021, une aide a été mise en place pour aider les salariés à supporter les frais liés à cette nouvelle façon de travailler, sous forme d’aides défiscalisées versées par l’employeur. En 2022, cette exonération de charges est maintenue dans la limite de 55 € par mois. Cela concerne les frais liés au télétravail à domicile, les remboursements de frais réels ou forfaitaires.

Les primes Macron et inflation

La prime Macron a été prolongée cette année. Elle concerne les salariés touchant moins de 3 fois le SMIC et ceux les plus impactés par la crise sanitaire. Cette prime de 1000 € maximum ( 2000 € selon certains accords de branche) est exonérée de charges cette année encore.
Fin 2021, le gouvernement a mis en place une aide de 100 € pour lutter contre l’érosion du pouvoir d’achat des français ( crise énergétique, inflation…) Elle est versée aux salariés touchant moins de 2000 €/mois, soit près de 38 millions de français. Le montant de cette prime, versée directement, ne sera pas prise en compte dans le calcul des revenus pour l’avis d’imposition, tout comme le calcul des ressources dans le cadre des aides sociales.

Vous avez jusqu’au 24 mai pour réaliser votre déclaration de revenus papier ou au 8 juin pour la version numérique.