Actu d'Ici

Toute l'actualité du web ici
Covid-19 : le pass sanitaire pour voyager en Europe dès le 1er juillet

Les eurodéputés et les États membres sont parvenu à un accord concernant le pass sanitaire. Très attendu par les pays les plus dépendants du tourisme, ce certificat sanitaire européen devrait entrer en vigueur dès le 1er juillet 2021.

Des voyages en Europe possibles cet été

« Fumée blanche : nous avons un accord sur la proposition de la Commission de certificat numérique européen Covid », a tweeté le commissaire européen Didier Reynders. Les États membres ont trouvé un accord ce jeudi 20 mai quant au pass sanitaire européen, qui permettra aux voyageurs de se déplacer dans l’Union Européenne. “Nous avons abouti sur ce nouvel instrument en un temps record pour sauvegarder la libre circulation pour tous les citoyens”, s’est félicité le commissaire européen. La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a souligné que ce “Certificat numérique européen Covid” serait “un élément clé sur la voie d’une reprise des voyages de façon sûre et aisée à travers l’UE”.

Un pass sanitaire sous forme de QR code

Les représentants du Parlement européen et des Vingt-Sept sont parvenus à un compromis au terme d’une quatrième séance de négociations, menées à un rythme accéléré à cause de la pression du calendrier. Ainsi, le certificat sanitaire contiendra un QR code, prouvant que la personne qui le présente a été vacciné contre la Covid-19, ou qu’elle présente un test PCR négatif de moins de 72 heures. Les personnes qui ont déjà été contaminées par le virus, et qui sont donc immunisées, pourront également voyager à l’aide du pass sanitaire. Les Etats membres auront l’obligation d’accepter les vaccins autorisés par l’Agence européenne des médicaments (Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca, Johnson&Johnson) mais seront libres d’en accepter d’autres, comme les vaccins russe Spoutnik ou chinois Sinopharm, utilisés en Hongrie.

Les eurodéputés demandent également la gratuité des tests PCR, ce qui fut refusé par bon nombre d’États membres au vu du coût qu’ils représentent pour les finances publiques. Toutefois, un compromis a permis d’envisager des tests «abordables et accessibles». Ainsi, la Commission européenne s’engage à mobiliser 100 millions d’euros pour acheter des tests, en recourant à un financement européen, «l’instrument d’aide d’urgence», et au besoin 100 millions supplémentaires, selon un texte vu par l’AFP.

Des mises en quarantaine si nécessaire

Le Parlement Européen demandait à ce que ce certificat sanitaire puisse exempter de quarantaine tous les voyageurs qui le détiennent, mais les Vingt-Sept, soulignant qu’il s’agit des compétences de chaque pays, voulaient se garder cette possibilité, notamment en cas d’apparition d’un variant. Le texte prévoit que les États membres « s’abstiennent d’imposer des restrictions de voyage supplémentaires, à moins qu’ils ne soient nécessaires et proportionnés pour protéger la santé publique ».

Une entrée en vigueur prévue pour cet été

Le pass sanitaire sera de nouveau débattu durant le sommet des dirigeants programmé pour lundi et mardi prochains à Bruxelles. L’accord devra être approuvé par le Parlement, dont la prochaine plénière est prévue du 7 au 10 juin à Strasbourg. « Ce qui permettrait une entrée en vigueur le 1er juillet », a déclaré l’eurodéputé espagnol Juan Fernando Lopez Aguilar.