Actu d'Ici

Toute l'actualité du web ici
Covid-19 : les variants en Moselle et dans le Nord inquiètent

Ce jeudi 11 février à 18h45, le ministre de la santé à de nouveau fait le point sur la situation épidémique lors d’une conférence de presse. Il aborde le sujet des nouveaux variants qui circulent activement dans le Nord et en Moselle.

Point de situation sur les variants de la Covid-19

Depuis début Janvier, la France doit faire face à une nouvelle menace de la Covid-19. De nouvelles souches du virus ont vu le jour. Principalement touchée par le variants anglais, jugé plus contagieux que l’original, ce sont aujourd’hui les variants brésiliens et sud-africain qui sévissent sur le territoire. On les retrouve particulièrement en Moselle et dans le Nord, où la situation inquiète le gouvernement.

Le ministre de la santé Olivier Véran craint d’avoir a faire face à une nouvelle vague épidémique. Les cas de contamination à la souche anglaise augmente chaque semaine de 50%. De nouvelles mesures pourraient être mises en place par l’État si la situation venait a se dégrader.

Une situation préoccupante en Moselle

“La proportion des contaminations aux variants sud-africains ou brésiliens serait de l’ordre de 4 à 5% à l’échelle du pays, alors que 20 à 25% des personnes contaminées seraient porteuses du variant britannique” affirme Olivier Véran.

Cependant, un cluster des variants sud-africain et brésiliens se sont formés en Moselle. On compte aujourd’hui 300 cas de contamination à ses nouvelles souches du virus. Ils se seraient formés ces quatre derniers jours.

Pour cela, Olivier Véran se rend ce matin dans le département pour discuter des mesures à prendre. “Il nous faut être prêts à agir évidemment, si la situation devait le nécessiter, afin de protéger la population dans un territoire qui a déjà payé un lourd tribut à la pandémie” a t-il d’ailleurs ajouté. Le maire de Metz, qui s’est exprimé sur Europe 1, souhaite un nouveau confinement, similaire au premier, pour protéger la population de ce nouveau risque.

Le Nord également touché

Le Nord est particulièrement touché par la nouvelle souche anglaise de la Covid-19. Ce sont en effet 50 à 68% de la population de la région qui serait touchée par ce variant du virus.

L’ARS, pour prévenir de cette souche plus contaminatrice, va mettre en place dès la semaine prochaine ” une campagne exceptionnelle de dépistage “, ainsi que des médiateurs de “lutte anti Covid”.

Des variants moins sensibles au vaccin

Olivier Véran a précisé lors de sa conférence de presse que les nouveaux variants sud-africains et brésiliens pourraient être plus résistant aux vaccins. Moins bien connu que la souche anglaise, le gouvernement demande de rester vigilant face à cette nouvelle menace.

“Il semblerait que ces variants soient capables de passer à travers la protection du vaccin” a ajouté le ministre de la santé.