Actu d'Ici

Toute l'actualité du web ici

Le végétalisme, nommé également veganisme (mot tiré de l’anglais) est la forme la plus stricte du végétarisme. C’est un mode d’alimentation qui se caractérise par le refus de manger de la viande ou de la chair animale mais également tout autre produit venant d’un animal comme les oeufs, les produits laitiers ou le miel. C’est une façon de s’alimenter qui compte de plus en plus d’adeptes aujourd’hui. Que faut-il savoir sur le véganisme ? Quels en sont les principes ?

Faire la différence entre véganisme, végétarisme et végétalisme

Il s’agit de trois choses distinctes mais qui se complètent. Si le végétarien et le végétalien ne consomment pas de viande, le végétalien évite tous les produits qui proviennent des animaux comme les oeufs ou le miel, ce qui n’est pas le cas du végétarien.

Le vegan, lui, emprunte beaucoup de choses au végétalien dans son mode alimentaire mais le véganisme est avant tout un mode de vie total qui refuse d’exploiter quoi que ce soit d’animal. En somme, si un végétalien pourrait porter une veste en cuir ou un pull en laine, le vegan s’y refuse.

Un mode alimentaire plutôt sain

Le véganisme consiste à se nourrir exclusivement de fruits, de légumes, de graines, de noix et de céréales qui fournissent à l’organisme une bonne qualité nutritionnelle naturelle. Le végan consomme beaucoup d’antioxydants et très peu d’acides gras saturés. Les produits venant de l’animal ont tendance à contenir plus de gras et à ne pas apporter de fibres alors que pour les végétaux à la base du véganisme, c’est l’inverse. Il convient de noter tout de même que tous les aliments considérés comme “consommables” dans un régime végan ne sont pas forcément bon pour la santé. Les chips et noix de cajou salées, que l’on consomme lors des apéritifs, peuvent convenir à un vegan mais ne sont pas bonnes pour la santé !

Source de carences ?

L’une des croyances les plus répandues entourant le régime vegan est qu’il est source de carences. Est-ce vrai ? Pas forcément ! Il suffit uniquement de remplacer les protéines animales par des protéines végétales. Il existe également d’autres sources de calcium que le lait et la viande. Prenez les avocats, le soja ou les haricots, par exemple. Ce sont des aliments plein de protéines. Les amandes, les épinards et les graines de sésame sont eux bourrés de calcium.

Plusieurs nutritionnistes affirment que pour éviter d’être carencé, il faut juste bien ajuster son alimentation et doser les aliments consommés. Il faudrait donc mélanger céréales et légumes secs pour assimiler des protéines de bonne qualité.
Riz et lentilles, semoule et pois chiches, sont le ticket gagnant pour un maximum de protéines.

Certains pensent qu’il faut associer à un régime vegan un supplément en vitamine B12, uniquement présente dans des aliments d’origine animale. Il est aussi possible de pallier le déséquilibre en oméga 6 et oméga 3 en consommant plus d’huile de colza, de lin ou de noix.

Devenir vegan oblige à repenser totalement sa façon de consommer mais également son mode de vie. Il est toujours conseillé de faire appel à un médecin généraliste ou à un nutritionniste pour vous accompagner dans votre régime vegan.
Il faut se rappeler qu’il s’agit avant tout d’un régime alimentaire particulier, qui pourrait ne pas convenir à tous, avant d’être un effet de mode.