Actu d'Ici

Toute l'actualité du web ici
Covid-19 : 16 département en confinement

Lors de sa dernière allocution ce jeudi 19 mars, le premier ministre a annoncé des mesures plus strictes afin de lutter contre l’épidémie de la Covid-19. Un risque de 3ème vague a poussé le gouvernement à mettre en place un confinement pour 16 départements. Le couvre-feu à quant à lui été reculé à 19 heure.

Confinement dans 16 départements français

Face à une reprise épidémique trop importante, le gouvernement à décider de mettre en place un confinement territorialisé dans 16 départements de France. Il s’agit des départements des Hauts de France, de l’Île de France, ainsi que les Alpes-Maritimes, l’Eure et la Seine-Maritime.

Le variant anglais de la Covid-19 serait en grande partie la cause. Il atteindrait aujourd’hui 3 quarts des patients touchés par la maladie. Ce variant serait plus contagieux mais aussi plus virulent, et toucherait d’avantage des personnes plus jeunes et en meilleure santé.

Le confinement à aussi été décidé afin de limiter la pression présente dans les hôpitaux. Les patients admis en service de réanimation seraient plus nombreux. On compte en effet aujourd’hui 4 246 nouveaux malades admis ce jeudi.

Le confinement de ces 16 départements sera mis en place dès ce vendredi 19 heures, et se poursuivra pour une durée de 4 semaines au moins. Certains départements comme les Alpes-Maritimes qui étaient confinés uniquement le week-end le seront désormais toute la semaine.

Ce confinement devrait ressembler à celui mis en place à l’automne dernier. Les écoles pourront rester ouvertes, afin de préserver autant que possible l’éducation de nos enfants, indique Jean Castex. L’accueil dans les lycées se fera en demi-jauge. Les crèches et les assistantes maternelles pourront continuer à accueillir des enfants.

Seuls les commerces dit essentiels pourront continuer à ouvrir leurs portes et 110.000 commerces seraient contraints de fermer. Une liste des commerces essentiels a été défini par le décret, dont s’ajoute les libraires, les disquaires et les coiffeurs.

Pour sortir, il faudra se munir d’une attestation. Il est autorisé de se déplacer jusqu’à 10km de son domicile, sans limite de temps. “Il sera possible de sortir de chez soi pour se promener, sans durée, en respectant un rayon de 10 km autour du domicile”, a expliqué Jean Castex. Sauf dérogation pour des motifs professionnels ou impérieux, les déplacements inter-régionaux sont interdits.

Des franciliens partent d’Île de France

Après les annonces de Jean Castex, de nombreux franciliens se sont rués sur les billets d’avion et de train pour se rendre vers des destinations où le confinement n’est pas appliqué. Les transports sont désormais complets, et la SNCF a décidé de mettre en place un appel aux gilets rouges afin de gérer la forte affluence à venir ce week-end.

Le couvre-feu reculé à 19 heures

Dès ce samedi, le couvre-feu instauré à 18 heures depuis le 16 janvier sera retardé à 19 heures. Cette décision est en partie dû au passage à l’heure d’été. Cependant, le premier ministre demande à ce que “ce choix de moins restreindre les possibilités de sortir de chez soi doit cependant s’accompagner d’une vraie vigilance”.

Le retardement du couvre-feu concernera tous les départements, et pas seulement ceux “soumis (aux) mesures renforcées”.

Le retour de l’AstraZeneca

Le vaccin AstraZeneca, qui avait causé de nombreuses polémiques, pourra de nouveau être injecté aux français dès ce vendredi après-midi. Le gouvernement compte plus que tout sur la vaccination pour sortir de la crise sanitaire mondiale, qui sévit depuis une année maintenant. Afin de rassurer les français, le premier ministre Jean Castex se fera vacciner ce vendredi.

« Le vaccin AstraZeneca est sûr, sans danger. Il n’est pas associé à une augmentation du risque global de caillaux sanguins », a affirmé le premier ministre.

Jean Castex a pour objectif de donner l’exemple et de convaincre quant à l’efficacité de ce vaccin.

« Jusqu’à présent, je m’étais fixé une ligne de conduite, c’est-à-dire me faire vacciner quand mon tour viendra, pas de passe-droit », avait-il déclaré. ” Mais compte tenu de ce qui vient de se passer pour AstraZeneca , je me suis dit effectivement qu’il serait judicieux que je me fasse vacciner très rapidement”.