Actu d'Ici

Toute l'actualité du web ici
Emmanuel Macron met en place le « contrat engagement jeune »

Le chef de l’État avait promis ce dispositif, qui profitera aux jeunes de 16 à 25 ans. Le contrat engagement jeune, qui s’inspire de la Garantie jeune, prévoit notamment une allocation mensuelle pouvant aller jusqu’à 500 euros.

Un contrat pour les jeunes de 16 à 25 ans

Emmanuel Macron a présenté ce mardi 2 novembre le contrat engagement jeune, une aide pour les jeunes sans emploi et sans formation. Concrètement, à compter du 1er mars 2022, tous les jeunes de moins de 25 ans pourront s’inscrire à ce dispositif d’insertion professionnelle. Ils bénéficieront d’un accompagnement de 15 à 20 heures par semaine pour découvrir un métier, se former, ou encore trouver un apprentissage ou un emploi. Si le jeune est assidu, il pourra recevoir une allocation pouvant aller jusqu’à 500 euros par mois. Le premier ministre Jean Castex devrait préciser ce qu’il faut savoir de ce contrat ce mardi, lors d’un déplacement dans une mission locale à Vitry-sur-Seine. Le contrat engagement jeune fait partie des nombreuses réformes prises par le président de la République pour aider les moins de 25 ans, après son projet de Marseille en Grand en septembre dernier.

Un “revenu jeune” devenu contrat engagement jeune

Pour éviter la confusion avec un RSA jeunes, réclamé depuis plusieurs années par des associations, et dont il ne veut pas, l’exécutif a choisi le terme de contrat au lieu de “revenu jeune”, qui avait été annoncé le 12 juillet dernier. Dans son message sur Facebook, publié mardi matin, le président de la République est également revenu sur son action vis à vis des jeunes générations. Le gouvernement souhaite tout mettre en œuvre pour en finir avec les filières sans débouchés, notamment en développant l’apprentissage. Le président de la République s’est également félicité des actions menées pour les jeunes depuis le début de son quinquennat, dont la plateforme 1 jeune une solution, qui a permis à 3 millions de personnes de trouver une formation, un stage ou un emploi, entrainant un niveau de chômage plus faible qu’avant la crise sanitaire de Covid-19.